D’Ollivier Chereau, en passant par les Peaky Blinders, jusqu’à la cité : l’argot et le verlan sont-ils une partie légitime de la langue française ? 


La langue française, comme chaque partie de la vie, évolue et change avec le temps. L’analyse de la langue peut nous donner des informations précieuses sur les transformations de notre monde. Certains mots, comme certains vêtements, sortent d'usage après un temps. Certains y restent, mais sous une forme changée. Dans cet article, on décortique l’argot et le verlan ! 


L’argot ou l’incompréhension volontaire 

Selon Larousse, l’argot est un « ensemble des mots particuliers qu'adopte un groupe social vivant replié sur lui-même et qui veut se distinguer et/ou se protéger du reste de la société (certains corps de métiers, grandes écoles, prisons, monde de la pègre, etc.) ». L’argot peut alors être considéré comme un sociolecte, ou encore un vocabulaire propre à une profession ou une activité. L’étymologie du mot “argot” reste obscure et il y a plusieurs théories. Aucune ne peut cependant être clairement confirmée à cause des incertitudes de nature chronologique et historique. On ne peut non plus parler d’UN argot, mais DES argots : il y en a plusieurs, chacun caractérisant certains groupes socio-professionnels. Il y a un échange incessant qui se fait entre la langue dite courante et l’argot évoluant ; l’argot utilise les mots du Français traditionnel en les détournant, et le Français traditionnel adapte de temps en temps une variante de ce détournement, comme dans le cas du verbe CAMBRIOLER qui est à l’origine dérivée d’argot (chambre = cambriole).

L'argot versus la tradition

L’argot, qui consiste à la transformation ou déformation de la langue, va-t-elle à l’encontre de la préservation de la langue française et de sa beauté, louée par d’autres nations ? Cette question un peu naïve est la preuve de l’incompréhension de l’intérêt même de l’utilisation de l’argot. Comme la langue que l’on utilise est l’un des outils les plus importants, et les plus maniables, que l’on a, elle sert à tous, indépendamment de son origine ou de son intention. L’argot et ses dérivés peuvent être utilisés pour chiffrer les messages qui, pour un profane, seront complètement incompréhensibles. Mais aussi pour briser des tabous ! Ces transformations linguistiques peuvent nous servir pour parler de sujets difficilement abordables, en général ou en public ; mais peuvent aussi enlever le côté sérieux, souvent très gênant et qui rend la communication compliquée. Ce sont justement les sujets comme l’amour, le sexe, l’argent et les femmes, qui ont une pléthore de traductions en argot. Ainsi, à travers les années, on a parlé de l’argent en argot en utilisant les mots tels que : fafs, flouze, pascal, biftons, chels, blé, grisbi ou le familier thune, pour en énumérer quelques-uns. 

Mais ces détournements, sont-ils nuisibles à la langue, demanderont les puristes ? Pourquoi ne pas utiliser celle qui est là, prête à être employée ? Les transformations linguistiques de l’argot et de ses dérivés font partie intégrante de la langue française : beaucoup d’expressions argotiques sont popularisées et entrent dans le dictionnaire du français dit traditionnel. Et ce, depuis longtemps !  Si vous pensez que l’argot est quelque chose de nouveau, détrompez-vous ! 

L’argot ou l’aspect historique de l’irrespect de la langue française

En outre, on peut officiellement parler de l’argot depuis le XVIIe siècle, notamment avec l’apparition du livre « Le Jargon ou Langage de l’Argot reformé » d’Ollivier Chereau, écrit en 1629 et dont la réédition de 1630 est la plus ancienne version conservée, et en même temps probablement la première œuvre qui essayait de recueillir les expressions argotiques de l’époque de l’auteur. Et les dictionnaires de l’argot et du jargon, il y en a ! Ces derniers contiennent plus de 300 ans de transformations linguistiques documentées ! Ainsi, les premières expressions argotiques sont assez difficilement vérifiables : soit tellement normalisées qu’elles ne sont pas considérées en tant que telles, soit sorties de l’usage depuis longtemps. 

Les transformations qui ont lieu suite aux changements sociaux et civilisationnels font partie des processus de l’évolution de la langue qui lui permet de se développer pour ainsi être un reflet fiable de l'époque, des coutumes et des conditions de la vie. 

Ceci est visible dans des séries télévisées telles que Peaky Blinders, qui raconte la vie d’une famille de gangsters d’origine italo-roumaine habitant à Birmingham, en Angleterre au début du XXe siècle. La série est un bon exemple de l’argot, ou slang en anglais. Difficilement compréhensible pour les spectateurs débutants, le vocabulaire et les expressions utilisés par les protagonistes servent à se distinguer du reste de la société, à chiffrer les messages, mais montrent aussi le mélange d’origines culturelles, sociales et spatiales dont témoignent Thomas Shelby et ses complices. Parce qu’au début, c’étaient souvent des criminels qui ont été à l’origine des transformations argotiques, qui leur permettaient de dissimuler la vérité qui pouvait s’avérer dangereuse. 

Coquillard ou coquillette ? 

Le concept de cette autre langue, qui n’est utilisée que par certains membres de société, apparaît en France vers le XIIIe siècle. Un des premiers documents conservés décrivant le phénomène est le dossier judiciaire préparé pour l’occasion du procès de Coquillards en 1455 à Dijon, Coquillards étant les membres du gang de la Coquille. 

Cette fonction cryptique semble aujourd’hui être dominée par une autre : identitaire, ce qui est particulièrement visible dans le cas de l’argot utilisé par les représentants des cités françaises, qui n’ont pas forcément besoin de chiffrer leurs messages, mais d’accentuer le fait que leur vocabulaire est différent de celui dont se sert le reste de la société. Ce besoin d’originalité est lié avec celui de renouvellement constant : certaines expressions deviennent courantes même en dehors des cités, deviennent familières et alors décryptées. Cela va alors à l’encontre du principe de l’originalité et nécessite un changement dans le vocabulaire. 

Verlan, cette déformation merveilleuse de la langue française 

Une des formes d’argot les plus connues, c’est évidemment le verlan, qui consiste à l’inversion des syllabes d’un mot, parfois accompagnée d’élision, c’est-à-dire l’effacement d’une voyelle. Le mot verlan lui-même est un bon exemple de ce processus qui est la verlanisation : verlan, c'est l’envers coupé en deux, qui devient versl’en et puis verlan. Des jeux linguistiques consistant à l’inversion des lettres ou des syllabes sont présents, surtout dans l’art et littérature français, depuis le XVIIe siècle. Plus tard, c’est dans le milieu de la pègre du XIXe siècle et dans le milieu ouvrier dans les années 50 et 60 que le verlan se développe. Le but du verlan, étant une forme de l’argot, est encore une fois de chiffrer ses messages, ainsi que de se distinguer des autres. Uniquement utilisé par certains groupes sociaux ou socio-professionnels, le verlan se popularise dans les années 60 et 70, et c’est notamment grâce à la littérature et la musique : chez Auguste Le Breton en 1953 dans son roman policier Du rififi chez les hommes ou chez Renaud dans Laisse béton en 1978. Le mot verlan est lui-même introduit dans la langue courante en 1968. 

Dans les années 70 et 80, le verlan est particulièrement utilisé par les habitants des banlieues, et notamment par les immigrés maghrébins, qui vont enrichir le verlan avec des mots d’origine arabe. Mais c’est le développement du hip-hop et du rap français dans les années 90 qui a contribué à la popularisation du verlan auprès des jeunes. Ce phénomène linguistique a été pour eux une façon de marquer leur identité et leurs origines, auparavant marginalisés. Le verlan est devenu partie intégrante d’identité des créateurs, mais aussi des amateurs de ce genre musical. Le verlan leur a aussi servi d’enrichissement artistique : très musical pour l’oreille, avec les allitérations, le verlan donne aux chansons de rap un côté poétique et expérimental. Il donne des possibilités créatives énormes, en permettant aux artistes de l’ajuster selon leur gré. 

Argot des Parigots, ou l’histoire et le déclin de l’argot de Paname

En parlant des argots, il ne faut pas oublier les géolectes, ou des variétés linguistiques liées à des emplacements concrets. Ainsi, un vocabulaire sera employé à Marseille, un autre différent en Île-de-France et à Paris. L’argot parisien pouvait souvent être entendu jusqu’aux années 70 ; après, il s’est éteint petit à petit, pour aujourd’hui n’être pratiqué que dans les vieux quartiers ou dans les banlieues. Pourtant, l'argot parisien est une partie très importante de l’histoire de cette ville, même si un peu oubliée au détriment de ses autres éléments caractéristiques. La disparition de l’argot des rues de la capitale est liée au changement démographique et sociologique dans cette zone. L’élément qui nous paraît particulièrement intéressant est la façon de nommer les lieux, documentée par exemple dans « L’argot au xxe siècle : Dictionnaire français-argot » d’Aristide Bruant. Ainsi, Rue Sant-Denis devient Saint-Denaille, la Place de la Bastille : la Bastoche ou la Bastaga. D'après Thierry Petitpas, l’auteur de « De Paname à Ripa : histoire d’une rupture », les ponts et les berges étaient associés à la prostitution, de dur labeur et de rapines : on y trouvait des pontonnières (1836) et les mademoiselles du Pont-Neuf (1907). Les rats de quai (1884) s’échinaient à décharger les péniches, alors que les rats de Seine (1852) ou ravageurs (1836), qui triaient les détritus déversés sur les bords de la Seine afin d’en recueillir les métaux, s’étaient fait une spécialité de piller les entrepôts et les bateaux1. La ville de Paris a aussi eu plusieurs noms à travers les années : on retient notamment Parouart qui date du XVe siècle, mais aussi des noms plus récents :  Pantin, Pantruche, Paname ou Ripa. 

Les conséquences des transformations linguistiques

L’une des conséquences visibles et palpables de la présence de l’argot dans la langue française est son évident enrichissement, mais aussi un élargissement du vocabulaire et le plaisir de la découverte de la langue que l’on est (à tort) sûr de connaître. Pourtant, la langue française évolue chaque jour et il faut bien suivre ces évolutions pour ne pas devenir le non-initié, ou la cible exacte de l’argot et ses dérivés. À cause de ce passage dans la langue que l’on utilise quotidiennement, souvent on ne se rend pas compte que l’orthographe que l’on emploie est argotisée, alors possiblement incorrecte. Le verlan et les expressions argotiques, souvent raccourcies, s’avèrent très pratiques dans la communication par SMS, mais peuvent compliquer la communication professionnelle... Cependant, cette popularisation du slang et sa présence dans notre vie de tous les jours peut rendre difficile la rétention des règles d’orthographe, ce qui peut ensuite provoquer des erreurs. Même si l’argot est en soi une solution poétique et pratique, il ne faut pas oublier qu’il déforme la langue couramment utilisée. Ainsi, il est fortement déconseillé de l’utiliser dans vos mails professionnels et de le garder pour les conversations autour d’un verre ! 


Test Tag
Test Tag
Test Tag
Test Tag
Test Tag
Test Tag
Publié le  
10/11/2021
 dans la catégorie 
Culture de langue

Plus d'articles de la catégorie 

Culture de langue

Voir plus

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles !

Aucun spam. Lire notre Politique de confidentialité
Nous venons de vous envoyer une SURPRISE !
Oops! Something went wrong while submitting the form.