Pédagogie

Les fautes d'orthographe à éviter : le top 20

Top 20 des fautes d'orthographe à ne plus faire au travail


À l'heure des réseaux sociaux, des SMS et des mails, l'écrit a encore de beaux jours devant lui. Cependant, l'instantanéité de la communication et les correcteurs orthographiques pourraient nous faire oublier les règles élémentaires de la langue française. Vous voulez éviter de laisser les fautes d'orthographe plomber votre lettre de motivation ou les courriels que vous adressez à vos clients ? OrthographIQ a concocté pour vous le top 20 des erreurs à ne plus commettre. Améliorer son orthographe dans le cadre de son travail, c’est possible !


Les fautes d'orthographe à éviter : l’orthographe lexicale

L'orthographe lexicale, c'est la forme des mots telle qu'on la trouve écrite dans le dictionnaire. Nous avons listé ici les termes qui jouent fréquemment des tours aux professionnels qui les utilisent :

1/ le mot « entretien » s'écrit sans « t » (n'écrivez jamais « un entretient ») ;

2/ « parmi » s'orthographie sans « s » ( par contre « hormis » prend bien un « s ») ;

3/ « bien sur » ou « bien sûr » ? : lorsqu'on peut remplacer cette expression par « bien entendu », on choisit la seconde version ;

4/ ne pas confondre « faire partie » et « tirer parti » : dans la première expression, on parle d'une partie de quelque chose, tandis que dans la seconde, le mot « parti » signifie « avantage ».


Améliorer son orthographe : les accords dans le groupe nominal

La maîtrise des accords est un volet de l'orthographe grammaticale. Il s'agit ici de connaître les règles de base qui permettent de placer les « e » ou les « s » à bon escient. Détectez toutes les coquilles !

5/ « chiffre d'affaires » prend toujours un « s » car il s'agit de plusieurs affaires.

6/ « centre d'intérêt » : « intérêt » ne prend pas de « s » car on parle d'un intérêt (même si on a souvent plusieurs « centres d'intérêt »)

7/ « ci-joint », « ci-joints » ou « ci-jointe » ? Lorsqu'il est placé en tête de phrase, l'adjectif « ci-joint » est invariable :

Ex : Ci-joint les factures demandées.

Quand ces expressions sont placées juste après un nom, elles s'accorde avec celui-ci :

Ex : Veuillez trouver les factures ci-jointes.


L'accord des chiffres

8/ « un » et « mille » sont invariables (c'est-à-dire qu'ils ne s'accordent jamais).

« vingt » et « cent » s'accordent lorsqu'ils sont multipliés par un autre nombre et qu'ils ne sont suivis d'aucun autre :

Ex : trois-cents, quatre-vingts

Remarque : on écrit « cent-vingt » parce qu'il ne s'agit pas d'une multiplication.

Lorsqu'ils sont suivis par un autre nombre, ils sont invariables :

Ex : quatre-cent-trente

Ils restent également invariables lorsqu'ils sont employés de manière ordinale (qu'ils indiquent un rang) :

Ex : page quatre-vingt, article deux-cent

Vous voulez aller plus loin ? Retrouvez notre article de blog consacré aux chiffres en lettres.


L'accord des adjectifs de couleur

9/ L'adjectif de couleur s'accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte :

Ex : des robes bleues

Cependant, si la couleur est aussi le nom d'un objet, elle reste invariable SAUF pour : mauve, pourpre, fauve, écarlate, rose.

Ex : des manteaux orange/ des manteaux écarlate

Les adjectifs de couleur composés sont invariables :

Ex : des yeux vert clair


Supprimez les erreurs de français : accord dans le groupe verbal

Les fautes d’orthographe trouvent souvent leur origine dans les difficultés d’accord dans le groupe verbal. Participe passé, concordance des temps, retrouvez ici les principales sources d'erreurs et choisissez la forme correcte.

10/ « j'aimerais » ou « j'aimerai » : tout dépend de votre intention : si vous souhaitez évoquer une hypothèse, utilisez la première formule. Si vous vous projetez dans le futur, employez la seconde.


11/ L'accord du participe passé : voici une règle qui permet de ne pas faire la différence entre les auxiliaires « être » et « avoir » : il s’agit de s'appuyer sur le sens et d’imaginer des flèches qui partent du verbe vers la droite ou vers la gauche. 

L’astuce ? Se poser la question « Qu'est ce qui est... » avec le verbe :

• Elle s'est lavé les mains. Qu'est-ce qui est lavé ? Les mains (flèche vers la droite)

Les assiettes qu'il a lavées. Qu'est-ce qui est lavé ? Les assiettes (flèche vers la gauche)

• Il a essuyé les verres. Qu'est-ce qui est essuyé ? Les verres (flèche vers la droite)

Les cerises ont été cueillies. Qu'est- ce qui est cueilli ? Les cerises (flèche vers la gauche)

Ainsi, lorsque la flèche se dirige vers la gauche, le participe passé s'accorde avec le groupe de mot qui subit l'action. Lorsque la flèche se dirige vers la droite, le participe passé ne s'accorde pas.

12/ La concordance des temps après « si » : lorsque « si » est suivi du présent, le verbe de la proposition principale se met au futur.

Ex : Si je m'adresse à vous, je serai assuré de la réussite de cette affaire.

Quand « si » est suivi de l’imparfait, le verbe de la proposition principale se conjugue au conditionnel présent :

Ex : Si je cherchais ailleurs, une autre opportunité pourrait se présenter. (et non “pourra”)

Quand « si » est suivi du plus-que-parfait, le verbe de la proposition principale est au conditionnel passé :

Ex : Si j’avais cherché ailleurs, j'aurais trouvé une autre opportunité.

Remarque : les « si » n’aiment pas les « rai ». On ne dit jamais : « si je chercherais »


Les fautes d’orthographe à ne plus commettre : les homophones

Les homophones sont des mots qui se prononcent à l’identique mais ne s’écrivent pas de la même façon. Comment déjouer leurs pièges ? Voici comment améliorer son orthographe en quelques astuces.

13/ « a » ou « à » : pour ne plus confondre le verbe et la préposition, mettez votre phrase à l'imparfait. « Il a conclu cet accord » se transforme en « Il avait conclu ». Il s'agit bien du verbe « avoir », on écrit donc « a » sans accent. Si la phrase devient incompréhensible à l'imparfait, il faut utiliser « à » avec accent.

14/ « s » ou « ç » (ce, se, ça, sa) : 

« Ça » peut-être remplacé par « cela ». Si ce n'est pas possible, il faut utiliser « sa ».

« Ce » peut-être remplacé par n'importe quel adjectif possessif comme « mon », « ta », « votre », etc, pour la bonne raison que « ce » se place toujours devant un nom et « se » toujours devant un verbe.


15/ « quelque » ou « quel que » : 

« Quelque » se place devant un nom : « quelques informations ».

Ce mot s'utilise également devant un adjectif ou un adverbe dans une syntaxe plus soutenue : « Quelque fâcheux que soit ce contretemps, nous rattraperons le retard ».

« Quel que » est employé devant un verbe (« Quel que soit le contexte ») ou un pronom personnel (« Réparez votre erreur, quelle qu'elle soit »).

Pour tous les articles de blog consacrés aux homophones, c’est par ici.


Les expressions courantes à orthographier correctement

Terminons notre florilège par les expressions et les tournures que l’on emploie couramment et qui sont parfois plus problématiques qu’il n’y paraît. Ne commettez plus d’impair !


16/ « Y a-t-il » ou « y a t’il » : allons droit au but, la seconde proposition n'existe pas. Il faut écrire « y a-t-il », les deux tirets permettant de relier le « a » et le « il » avec un « t » euphonique qui n'ajoute rien au niveau du sens mais qui facile la prononciation.


17/ « à l'intention de » ou « à l'attention de » : « à l'attention de » est utilisé au début d'une lettre pour préciser le destinataire. « à l'intention de » signifie que l'action est faite pour quelqu'un : on peut la remplacer par « en l'honneur de ».


18/ « suite à » ou « à la suite de » : « suite à » est un abus de langage. Il faut bannir cette expression de vos courriers au profit de « à la suite de ».


19/ « vu » ou « vue » : 

Dans « au vu de » et « au vu et au su de », « vu » s'écrit sans « e » :

Ex : Au vu des statistiques, le moment est bien choisi. 

Dans les expressions « à vue », « à vue d’œil », « en vue », « en vue de », « vue » est un nom féminin qui se termine par un « e » :

Ex : Nous avons doublé les effectifs en vue de cette période.

20/ Infinitif ou pas ?

Quand deux verbes se suivent, le second se met à l’infinitif : « Je vais signer ».

Le verbe s'emploie à l’infinitif après les prépositions « de », « à », « pour » et « sans » : « je m'engage à honorer le contrat ».

Pour distinguer infinitif (« er ») et participe passé (« é ») des verbes du 1er groupe, remplacez le mot litigieux par « mordre » ou « mordu ». Si vous pouvez remplacer le verbe par « mordre » (infinitif), écrivez « er ». Si vous pouvez le remplacer par « mordu » (participe passé), orthographiez « é ».


Les ressources du blog OrthographIQ vous aideront à éradiquer les fautes d'orthographe de vos écrits professionnels. Vous voulez passer à l’étape supérieure ?  Décidez de vous former pour écrire sans faute dès demain

Test Tag
Test Tag
Test Tag
Test Tag
Test Tag
Test Tag
Publié le  
14/12/2021
 dans la catégorie :
Pédagogie

Plus d'articles de la catégorie 

Pédagogie

Voir plus

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos derniers articles !

Aucun spam. Lire notre Politique de confidentialité
Nous venons de vous envoyer une SURPRISE !
Oops! Something went wrong while submitting the form.